Drapeau-ci République de Côte d'Ivoire
Armoiries de la Côte dIvoire de 1964
image Minef sur :

Le mystérieux rhinocéros qui troublait la quiétude des populations de M’Batto a été transféré à Bouake

Le rhinocéros qui a blessé mortellement le chef du village de Fondobo, le 04 août 2016, dans la sous-préfecture de Tiémélékro, Département de M'batto, a finalement été transféré le 04 mai 2017, dans la forêt classée de la Mafa, sous-préfecture de Brobo, dans la Région du Gbêkê.

Ce jour-là, les populations étaient partagées entre tristesse et joie au départ de l'animal. Si pour les unes, c'est un ouf de soulagement ; pour les autres, c'est avec beaucoup d'émotion qu'elles ont assisté au transfert du rhinocéros avec qui elles ont vécu pendant plus d'une décennie.
L'opération, initiée par le Ministère des Eaux et Forêts,a été menée par une équipe d'experts sud-africains, venus spécialement pour la circonstance. Cette équipe, conduite par le docteur Willem Berger et appuyée par des experts ivoiriens dont le directeur du Zoo d'Abidjan, a utilisé un fusil hypodermique, chargé de tranquillisants, pour faire endormir le pachyderme et le capturer. Selon les experts, il pèse plus de 2,5 tonnes.rhino

La capture a eu lieu dans le village de Djamalabo. L’animal, sous les effets du tranquillisant, a pu être capturé et conditionné avec de l’oxygène et enfermé dans une cage métallique avant d’être conduit sous bonne escorte policière jusque dans la forêt classée de la Mafa où un site de 20 ha a été aménagé pour l’accueillir.

La cérémonie de réception de l’animal, sur ce nouveau site de Brobo, a été présidée par le Directeur de cabinet du Ministère des Eaux et Forêts, le Colonel SORO Doplé, représentant le ministre Général Issa COULIBALY. On notait une forte présence des chefs traditionnels de la région et surtout les chefs des quatre villages de Dimbokro et de M’batto où a vécu l’animal. Le gérant de la réserve de faune volontaire du N’ZI RIVER LODGE, Monsieur Louis DIAKITE qui aura la charge de l’entretien et du suivi de l’animal, a présenté son projet pour sa prise en charge. Monsieur Louis DIAKITE souhaite perpétuer la lignée de cette espèce par l’acquisition future de deux femelles.

Quant au Directeur de cabinet du Ministère des Eaux et Forêts, il a rassuré les populations de Brobo des mesures sécuritaires prises pour qu’il n’y ait pas de problème comme ce fut le cas à Frondobo. Il faut noter que cette opération d’un coût global estimé à 175.000.000 frs CFA a été entièrement financée par le Gouvernement.

Actualités

Qu'est ce que l’agroforesterie

Associer agricultre et forêt

Plusieurs définitions de l'agroforesterie existent en fonction des situations pratiques, des pays et des spéculations utilisées sur les parcelles.

Lire la suite : Qu'est ce que...

Actualités

Projet agroforestier pilote SACO / tranchivoire / pla nteurs / minef

Objectif du projet

Le projet a pour but de contribuer à la reconstitution du couvert forestier à hauteur de 200 ha par an et à l’amélioration des revenus des populations vivant dans la zone du projet.

Lire la suite : Projet agroforestier...

Actualités

Etat des Lieux de la Forêt ivoirienne

etat forets ivoirienne

D ans moins de quinze ans la Côte d'Ivoire ne sera plus un pays forestier !

Face à la situation de détresse de la forêt ivoirienne, il n'est guère exagéré de l'affirmer vu que notre couvert forestier a considérablement diminué, exposant le pays à d'énormes dangers.

C'est pourquoi, il faut tirer la sonnette d'alarme dès maintenant. Le domaine classé de l'Etat (234 forêts classées, 8 parcs nationaux et 6 réserves) couvre environ 6,4 millions d'hectares repartis pour 70% en zone forestière et pré forestière et 30% en zone de savane. Actuellement, ce domaine ne renferme plus que 2 168 638 hectares de reliques de forêts.

L'importance de la forêt...


Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement grande, constituée d'un ou de plusieurs peuplements d'arbres, arbustes et arbrisseaux, et de plantes indigènes associées.
La forêt regorge plusieurs espèces animales et des ressources en eau.
Elle a une importance aussi diverse que variée.

...dans l’équilibre économique et social

Le sous-secteur de l’industrie du bois représenté par une diversité des structures, emploie régulièrement des milliers de personnes. Ce secteur génère un chiffre d’affaires assez important dans l’économie et assure à hauteur de 70% la satisfaction des besoins énergétiques des Ivoiriens.

Quant à la faune et ses principaux habitats (parcs nationaux, réserves naturelles et forêts classées) ils constituent des supports de l’industrie touristique naissante (tourisme écologique ou écotourisme).

La forêt est aussi le pilier protecteur de l’agriculture dont les performances pour certaines cultures sont mondialement connues. On peut citer les productions de 1,79 million tonnes/an de cacao, 300.000 tonnes/an de café, 330.000 tonnes/an pour le palmier à huile et 210.000 tonnes/an pour l’hévéa qui placent la Côte d’Ivoire à des rangs honorables parmi les pays africains et mondiaux.

... dans la préservation écologique

En plus d’être un réservoir de biodiversité, la forêt contribue à maintenir la richesse des sols, participe au recyclage de l’eau de pluie par l’évapotranspiration et cours de laquelle elle rejette l’oxygène et absorbe le dioxyde de carbone, un des gaz essentiels responsables du réchauffement de notre planète. Les forêts constituent aussi les barrières naturelles contre les dégâts liés aux fortes pluies.

... dans l’alimentation de l’Homme

Dans le monde rural, les sous-produits de la faune constituent la principale source de protéine des populations. De la consommation des plantes au gibier, tout est commestible dans la forêt. En passant par les feuilles, aux remèdes à base de plantes et d’herbes, les aliments et les vêtements.culturelle

... dans le développement de la pharmacopée

La pharmacopée traditionnelle en plein essor sur le marché national du médicament tire la grande partie de ses matières premières de la forêt (racines, feuilles, écorces, tiges, etc.). La quasi totalité des populations du monde rural et de plus en plus les populations urbaines dépendent des remèdes de la médecine traditionnelle dont la moitié est issue de plantes trouvées principalement dans les forêts tropicales.

... dans la préservation de l’identité culturelle

La forêt a toujours été pour les différentes ethnies de Côte d’Ivoire le lieu privilégié pour l’expression et la perpétuation de leurs pratiques culturelles (forêts sacrées, etc.). Par ailleurs, les produits de la forêt (feuilles, bois, écorces, sève, os, peaux, cornes, poils d’animaux etc.) sont abondamment utilisés dans la production des des attributs culturels (masques, tam-tam, flûtes, etc.).

IMPACTS DE LA Déforestation


La déforestation est l'une des grandes menaces qui pèsent sur notre planète. Les conditions d'existence de nombreuses espèces sont bouleversées.
Le dérèglement climatique et le réchauffement de la surface de la terre sont perceptibles.
Et ce phénomène pourrait s'accélérer si les Hommes n'agissent pas pour stopper la disparition de la forêt !

Les conséquences de la destruction des forêts sont énormes. On note :

  • La perturbation du microclimat et du cycle des pluies favorables à l'agriculture et entrainant une baisse de la production agricole qui affecte la croissance économique;
  • L'érosion et baisse de la fertilité des sols;
  • La dégradation de la couverture forestière des bassins versant et la désorganisation du réseau hydrographique;
  • L'effritement de la biodiversité;
  • La disparition de l'habitat des gros mammifères, exacerbant les conflits hommes-faunes;
  • Le réchauffement climatique.

Des initiatives menées


Le pays s'est engagé dans plusieurs processus dont :

  • Le REDD (depuis 2011) qui tend à réduire la déforestation et la dégradation des forêts,
  • Le Flegt depuis juin 2013, dont l'objectif est de freiner l'exploitation illégale du bois et le commerce associé.
  • Les reboisements par la Sodefor.

Crée en 1966 la Société de Développement des Forêts (SODEFOR) a pour objectif principal le reboisement.
Depuis 1993, elle gère 234 forêts classées d'une
superficie de 4,189 millions d'hectares (13% du territoire et 66% des aires protégées) alliant ainsi l'aménagement au reboisement.
400.000 hectares de reboisement ont été réalisés.
180 000 hectares par la Sodefor et 220 000 par les exploitants. 86 forêts classées ont bénéficié d'un plan d'aménagement par la Sodefor. La sodefor a en outre procédé à l'ouverture de la gestion des forêts classées au secteur privé.

  • La Côte d'Ivoire s'est engagée également dans des initiatives privées telles Initiative Forêt et Cacao dont la déclaration d'intention a été paraphée par de grands groupes chocolatiers, des Ong, des producteurs et des communautés.
  • Le pays s'est doté d'un code forestier novateur en juillet 2014, dont les textes règlementaires restent à définir.
  • L'organisation en 2014 des Etats Généraux des Eaux et Forêts suivis du processus d'élaboration d'un Plan de Développement Stratégique (PDS) 2017-2045.
  • En octobre 2017 le gouvernement a décidé de faire une déclaration de politique de préservation et réhabilitation des forêts.

Actualités